PartenairesAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chinal Girl - David Bowie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keniori Mortback

avatar

Level 31
Level 31

Messages : 216
Inscription : 21/10/2014

MessageSujet: Chinal Girl - David Bowie   Lun 11 Jan 2016, 21:44

David Bowie













Depuis la fin des années 60, David Bowie propose avec un égal talent une musique toujours innovante. Il vient de publier "A Reality Tour", un double CD enregistré en public à Dublin. Créateur généraliste, comme il se définit lui-même, David Bowie est chanteur et musicien, mais aussi acteur et peintre.




L’actualité de l’artiste


Le double CD "A REALITY TOUR" a été enregistré en Irlande, à Dublin, le 22 et le 23 novembre 2003. On y trouve trente-trois titres qui couvrent toute la carrière de David Bowie, depuis "The man who sold the world" en 1971 jusqu'à son dernier album studio, "Reality", qui était sorti en septembre 2003.
Par rapport au DVD "A reality tour", qui était paru en octobre 2004, trois titres sont proposés en bonus : "Fall dog bombs the moon", "Breaking glass" et "China girl".




Une petite bio


Le vrai nom de David Bowie, c'est David Robert Jones. Il est né à Londres, dans le quartier de Brixton, le 8 janvier 1947. Le premier groupe dont il fait partie s'appelle George & The Dragons. Il s'est formé à la Bromley High School où David étudie les arts graphiques. Il joue alors du saxophone ténor, un instrument auquel il est resté fidèle depuis cette époque.


Au cours de sa jeunesse, David est victime d'un accident stupide. Dans une bagarre avec son copain George Underwood, il est blessé à l'œil gauche et sa pupille restera paralysée. Ses études terminées, il se tourne définitivement vers la musique. Il monte deux groupes, David Jones & The King Bees, puis the Manish Boys, avant de rejoindre The Lower Third, dont il devient le chanteur.


Un début de carrière prometteur

En 1966, David Jones signe comme artiste solo chez Decca (à savoir que Decca est réputé dans l’enregistement des compositions de musique classique). A cause de son homonymie avec le chanteur des Monkees, le groupe américain alors en plein succès, il change de nom et devient David Bowie. Avec l'arrivée du flower-power en Angleterre, le style de Bowie évolue. En 1969, "SPACE ODDITY" coïncide avec le premier vol Apollo vers la Lune. C'est un album brouillon, mais il possède une fraîcheur et une originalité qui porteront leurs fruits plus tard. "Space Oddity" atteint la cinquième place du hit-parade britannique. Tout doucement, David Bowie commence à se métamorphoser en rocker.


En avril 1971, David Bowie enregistre "THE MAN WHO SOLD THE WORLD" (titre repris par Kurt Coblain, leader de Nirvana), que les critiques considèrent comme l'un de ses albums les plus aboutis. Bowie se cherche une image. Le travail de mime, qu'il a expérimenté dans la troupe de Lindsey Kemp, lui permet de mettre au point un jeu de scène qu'il est alors le seul à pratiquer dans le rock. C'est à cette époque qu'il se met à porter des tenues excentriques. Sur une photo célèbre de l'époque, on peut le voir habillé d'une robe, en compagnie de sa femme Angie et de leur fils Zowie.


En décembre 1971, "HUNKY DORY" est l'album de la transformation. Il marque la naissance du rock décadent. David Bowie y rend un hommage appuyé à ses maîtres : Andy Warhol, Bob Dylan et Lou Reed.
En juin 1972, il publie "THE RISE AND FALL OF ZIGGY STARDUST AND THE SPIDERS FROM MARS". L'image qu'il a voulu se donner est bien au point, et il est accompagné par un groupe résolument rock, les Spiders from Mars, emmenés par le guitariste Mick Ronson.

Après "Ziggy Stardust", David Bowie se tourne vers la production où il connaît une certaine réussite. Il produit ou co-produit par exemple "ALL THE YOUNG DUDES" de Mott The Hoople et "TRANSFORMER" de Lou Reed, l'album qui contient "Walk on the wild side" et "Vicious". Mais, à part pour Iggy Pop, il ne continuera pas dans cette voie, essentiellement par manque de temps.

"J'aimais beaucoup la production. Le problème est que ça me prenait trop de temps sur mes autres activités. Et cela fait longtemps que je n'ai plus eu d'opportunité, parce que j'écris beaucoup et que je veux continuer à faire mes propres disques. Je ne pense pas avoir le temps. Mais il y a quelques groupes qui m'intéressent, comme Suede qui est très bon."




Lorsqu'il revient avec "ALADDIN SANE", en avril 1973, David Bowie est encore très rock, mais il s'intéresse déjà à un autre style, plus proche du cabaret de ses débuts. Dédié à son ami Iggy Pop, le titre "The jean genie" s'impose comme un classique.

Pour se faire plaisir, David Bowie enregistre alors "PIN-UPS". C'est un album qui paraît en octobre 1973 et qui est uniquement composé de reprises de morceaux qu'il aime bien, une sorte d'hommage à la pop music des années soixante. Tous ces vieux succès sonnent différemment des originaux, mais ils ne sont jamais trahis, ni méconnaissables.

En juillet 1973, au cours d'un show à l'Hammersmith Odeon de Londres, David Bowie annonce qu'il a décidé de ne plus se produire sur scène. Ce n'est évidemment qu'une fausse sortie et il reviendra très vite. En avril 1974, il propose "DIAMOND DOGS", un disque où apparaît un nouveau guitariste, Earl Slick, que l'on retrouvera un peu plus tard sur le double album "DAVID LIVE".
La tournée américaine qui vient de se terminer montre que Bowie délaisse un peu le rock pour se rapprocher du rhythm & blues et de la soul music. Cette tendance se confirme en mars 1975 avec "YOUNG AMERICANS", un album enregistré à Philadelphie. Co-signé par John Lennon, le titre "Fame" est le premier N°1 américain de David Bowie. Il est à l'image du reste de l'album, un panachage de disco-soul et de rock. David évoque sa rencontre avec John Lennon.

"Une nuit à New York, on était en train de jammer dans le studio, et il est arrivé. On a joué et, je ne peux dire pourquoi, la chanson a pris vie. Je ne sais pas comment ces choses-là fonctionnent. C'est comme une sorte d'alchimie. Je ne sais pas."

En janvier 1976, "STATION TO STATION" est réalisé sur le même principe, dans la même veine "soul" que "Young americans". C'est un des meilleurs albums de l'année 76, un des meilleurs disques de David Bowie qui bouleverse alors son emploi du temps pour retrouver le cinéma. Le metteur en scène Nicholas Roeg lui offre un premier rôle digne de ce nom dans "l'Homme qui venait d'ailleurs".




David Bowie entame l'année 1977 avec "LOW", un album qui traduit une nouvelle ambiance et qui prend place dans un nouveau décor, Berlin, une ville que le chanteur a choisie comme lieu de résidence par souci d'anonymat. C'est le début d'une collaboration avec le guitariste Robert Fripp et surtout avec le clavier Brian Eno.

"Ce fut mon premier travail avec Brian Eno, notre première collaboration. Nous voulions expérimenter les sons nouveaux que nous entendions en Europe, une combinaison d'instruments traditionnels et électroniques. Ma première rencontre avec Brian date de 72, alors qu'il était avec Roxy Music. Je crois que nous avions toujours eu l'envie de travailler ensemble et l'opportunité s'est présentée à ce moment-là. Ça s'est fait naturellement. Nous voulions tous les deux créer une musique similaire, qui ne doive rien au punk et qui n'aie rien à voir avec ce qui se faisait à l'époque".

En octobre 77, entouré de la même équipe, David Bowie proposera l'album "HEROES".

En septembre 1978, David Bowie publie "STAGE". C'est un double album enregistré en public, qui propose une agréable balade dans son répertoire. Au cinéma, on peut le voir dans "Just a gigolo", aux côtés de Marlene Dietrich, dont ce sera le dernier rôle. Paru en avril 1979, "LODGER" est le dernier volet de la trilogie amorcée avec "Low" et "Heroes". C'est l'aboutissement de la collaboration de David Bowie avec Brian Eno. Caractérisés par des sons futuristes, froids, répétitifs et métalliques, ces trois disques sont marqués par une réflexion sur les temps modernes.



Après avoir bouclé un cycle musical avec sa trilogie berlinoise, David Bowie propose "SCARRY MONSTERS & SUPER CREEPS" en septembre 1980. Le clown blanc qu'il interprète dans la vidéo de "Ashes to ashes" va prendre de l'ampleur. Le musicien se fait alors plus discret pour permettre à l'acteur de s'exprimer. Au cours de l'hiver 80-81, il fait des débuts très remarqués au théâtre, à Broadway, où il tient le rôle principal dans la pièce "Elephant man". Le public et la critique, unanimes, saluent sa performance.









En novembre 1981, le single "Under pressure" est le résultat d'une association inattendue entre David Bowie et le groupe Queen. Même si l'expérience est diversement appréciée, "Under pressure" se retrouve N°1 en Angleterre et grimpe jusqu'à la vingt-neuvième place dans les charts américains.

De retour au cinéma, David Bowie joue son propre rôle dans le film "MOI, CHRISTINE F., DROGUÉE, PROSTITUÉE", dont la bande originale reprend plusieurs de ses compositions. En 1982, il incarne le vagabond dans une adaptation télévisée de "BAAL", la pièce de théâtre de Bertolt Brecht. A l'automne suivant, il joue un des rôles principaux dans le film "Furyo". On peut le voir ensuite dans "les Prédateurs", aux côtés de Catherine Deneuve.


David Bowie revient à la musique en avril 83 avec "LET'S DANCE". L'album propose une musique moins sophistiquée, plus directe et plus simple, une musique à danser où l'élégance est toujours présente. Co-produit sur mesure par Nile Rodgers, le guitariste de Chic, et avec Stevie Ray Vaughan à la guitare, "Let's dance" connaît un succès mondial.


"TONIGHT", dont le titre générique est interprété en duo avec Tina Turner, paraît en septembre 1984. C'est un album qui ne délivre aucun message et qui ne met en scène aucun personnage. C'est un amalgame de chansons variées qui abordent des styles aussi différents que la ballade, le reggae, le rock et la pop. David Bowie nous explique comment il aime travailler.



Après une large parenthèse consacrée au cinéma, David Bowie rentre chez lui, en Suisse, où il s'attelle à la réalisation d'un nouveau disque. Annoncé par le single "Day in, day out', l'album "NEVER LET ME DOWN" paraît avril 87. Bowie remonte aussitôt sur scène pour le "Glass Spider Tour", avec un nouveau guitariste qui n'est autre que Peter Frampton.
En 1988, David Bowie incarne Ponce Pilate dans le film très controversé de Martin Scorsese, "la Dernière Tentation du Christ", un rôle qui avait été refusé par Sting.



Un nouveau groupe ?

David Bowie réapparaît alors au sein de Tin Machine, un groupe dont il n'est qu'un simple membre. Trois albums sont enregistrés : "TIN MACHINE" en 89, "TIN MACHINE 2" en 91 et un live, "OY VEY BABY", en 92. Mais les résultats sont décevants et Tin Machine s'arrête, faute d'avoir convaincu.
1992 est une grande année pour David Bowie, mais sur le plan personnel. Le 24 avril, à Lausanne, il épouse civilement le top model d'origine somalienne Iman, au cours d'une cérémonie discrète qui contraste avec le faste du mariage religieux qui sera célébré le 13 juin à Florence.
Le nouvel album solo de David Bowie, "BLACK TIE WHITE NOISE", paraît enfin en avril 93. Nile Rodgers, qui avait pris une part prépondérante dans la réussite de "Let's dance", est de retour à la production. Interviewé à l'époque, Bowie assurait que ces retrouvailles n'avaient rien d'opportuniste.

"Ce n'était pas prémédité. Nile est venu voir Tin Machine à New York deux soirs de suite l'an passé. C'était à la fin de la tournée. On a parlé et nous nous sommes redécouverts des vues communes en ce qui concernait le futur. C'est donc tout naturellement que nous nous sommes retrouvés en studio ensemble".



Pour "Black tie white noise", David Bowie a retrouvé Mick Ronson, mais ce sont des retrouvailles en forme d'adieu puisque quelques jours après la sortie de l'album, le 30 avril 93, le guitariste des Spiders from Mars mourra à Londres, des suites d'un cancer.


Le retour en force

En novembre 93, David Bowie surprend avec "THE BUDDAH OF SUBURBIA", où sont regroupés des inédits composés spécialement pour la série télévisée qui porte le même titre. Il retrouve ensuite Brian Eno qui coproduit l'album "OUTSIDE" en septembre 95. C'est une œuvre ambitieuse où se mêlent néo-classique, cyber-jazz, musique techno et pop d'avant-garde.


Extrait de l'album Outside - Bof de Seven

En janvier 96, David Bowie fait son entrée au Rock & Roll Hall of Fame. A Londres, il présente une rétrospective des tableaux qu'il a peints depuis vingt ans. De retour au cinéma, il incarne Andy Warhol dans "Basquiat", le film de Julian Schnabel. Bowie est en forme. En tout cas, il n'a jamais perdu la fièvre créatrice qui l'anime.

En janvier 97, David Bowie propose "EARTHLING", un album où il n'hésite pas à mélanger le rock et les rythmes actuels. "Pour moi, explique-t-il, la techno est aussi excitante que l'ont été le reggae ou le rhythm and blues en leurs temps. C'est un vocabulaire nouveau et merveilleux avec lequel je peux jouer et c'est pour ça que je l'adore".

Toujours en 1997, David Bowie collabore avec le groupe Placebo pour une nouvelle version de leur single "Without you, I'm nothing". Il publie ensuite "HOURS", un travail qui montre un retour au style de ses premières compositions.
En décembre 2001, il annonce qu'il quitte Virgin et que son prochain album sortira sur son propre label, Iso Records, distribué par Sony Music. "HEATHEN" paraît en juin 2002. Bowie se montre à son meilleur niveau et il propose un album de grande classe. Pour le produire, il a rappelé son ancien complice Tony Visconti.



Toujours épaulé par Tony Visconti, David Bowie propose "REALITY" en septembre 2003. C'est un album simple et direct où le public retrouve avec plaisir le Bowie classique qu'il apprécie.
Le premier single extrait de "Reality" s'appelle "New killer star". David nous donne quelques précisions sur le titre de cette chanson.
"C'est un jeu de mots à propos de la façon dont George Bush prononce 'Nuclear / New killer'. Ça a donc une légère connotation politique. Mais pour moi, ça exprime l'idée que chacun, même dans les périodes de grands traumatismes, doit rechercher le côté optimiste de la vie. Il faut chercher à positiver. C'est un titre qui essaie de trouver un aspect positif aux événements qui se sont produits à New York ces deux dernières années."

En juin 2004, David Bowie est contraint d'interrompre le "Reality Tour". Il doit subir une légère intervention chirurgicale pour se faire déboucher une artère. Le DVD "A REALITY TOUR" paraît en octobre 2004. A ce moment, Bowie a décidé de faire une pause. Il retrouve une vie normale, un univers où il ne se sent jamais prisonnier de son image.

David Bowie remontera sur scène en mai 2006, au Royal Albert Hall de Londres, aux côtés de David Gilmour pour interpréter deux classiques de Pink Floyd. En décembre 2007, il publie la "DAVID BOWIE BOX", un coffret collector qui regroupe ses cinq derniers albums. En juin 2008, la compilation "I SELECT" propose douze titres qu'il a choisis lui-même. Ce ne sont pas ses plus grands succès, mais douze titres qu'il aime particulièrement et qu'il interprète régulièrement sur scène. En juillet 2009, un album "live" paraît dans la série "VH1 Storytellers". Il avait été enregistré dix ans plus tôt pour la chaîne câblée américaine VH1. Octobre 2009 marque le quarantième anniversaire de la sortie de "SPACE ODDITY". A cette occasion, l'album légendaire reparaît avec un deuxième CD bonus de quinze titres, essentiellement des versions alternatives et des maquettes.

Le double CD "A REALITY TOUR" vient de sortir. Comme le DVD qui porte le même titre, il avait été enregistré en Irlande, au "Point Depot" de Dublin, le 22 et le 23 novembre 2003. On y trouve trente-trois titres qui couvrent toute la carrière du chanteur, depuis "The man who sold the world" en 1971 jusqu'à "Reality" en 2003. David Bowie a signé ou cosigné tous ces titres sauf un, "Cactus", qui est une reprise des Pixies. Par rapport au DVD "A reality tour", le CD offre trois titres en bonus, notamment "Fall dog bombs the moon", un titre extrait de "Reality".

Quelques extraits de vidéos en collaboration :








DISCOGRAPHIE :

- "DAVID BOWIE" (album – 1967)
- "SPACE ODDITY" (album – 1969)
- "THE MAN WHO SOLD THE WORLD" (album – 1971)
- "HUNKY DORY" (album – 1971)
- "THE RISE AND FALL OF ZIGGY STARDUST AND THE SPIDERS FROM MARS" (album – 1972)
- "ALADDIN SANE" (album – 1973)
- "PIN-UPS" (album – 1973)
- "DIAMOND DOGS" (album – 1974)
- "DAVID LIVE" (live album – 1974)
- "YOUNG AMERICANS" (album – 1975)
- "STATION TO STATION" (album – 1976)
- "CHANGESONEBOWIE" (compilation – 1976)
- "LOW" (album – 1977)
- "HEROES" (album – 1977)
- "STAGE" (live album – 1978)
- "LODGER" (album – 1979)
- "SCARY MONSTERS AND SUPER CREEPS" (album – 1980)
- "MOI, CHRISTINE F., DROGUÉE, PROSTITUÉE" (B.O. – 1981)
- "UNDER PRESSURE" (single – 1981)
- "CHANGESTWOBOWIE" (compilation – 1981)
- "BAAL" (mini album – 1982)
- "CAT PEOPLE (PUTTING OUT FIRE) (single – 1982)
- "PEACE ON EARTH" / "LITTLE DRUMMER BOY" (single avec Bing Crosby" – 1982)
- "ZIGGY STARDUST – THE MOTION PICTURE" (live album – 1983)
- "LET'S DANCE" (album – 1983)
- "TONIGHT" (album – 1984)
- "THIS IS NOT AMERICA" (single – 1985)
- "DANCING IN THE STREET" (single avec Mick Jagger – 1985)
- "ABSOLUTE BEGINNERS" (BO – 1986)
- "LABYRINTH" (BO – 1986)
- "WHEN THE WIND BLOWS" (single – 1987)
- "NEVER LET ME DOWN" (album – 1987)
- "SOUND + VISION" (coffret – 1989)
- "CHANGESBOWIE" (compilation – 1990)
- "REAL COOL WORLD" (single – 1992)
- "BLACK TIE WHITE NOISE" (album – 1993)
- "THE BUDDAH OF SUBURBIA" (BO TV – 1993)
- "THE SINGLES COLLECTION" (compilation – 1993)
- "SANTA MONICA '72" (live album – 1994)
- "OUTSIDE" (album – 1995)
- "EARTHLING" (album – 1997)
- "I CAN'T READ" (single - 1997)
- "WITHOUT YOU I'M NOTHING" (single avec Placebo – 1999)
- "HOURS" (album – 1999)
- "LIVE AT THE BEEB" (live album – 2000)
- "BEST OF BOWIE" (compilation – 2002)
- "HEATHEN" (album – 2002)
- "CLUB BOWIE" (compilation remix – 2003)
- "REALITY" (album – 2003)
- "A REALITY TOUR" (DVD – 2004)
- "THE PLATINUM COLLECTION" (compilation – 2005)
- "THE BEST OF DAVID BOWIE 1980-1987" (compilation – 2007)
- "DAVID BOWIE BOX" (coffret – 2007)
- "I SELECT" (compilation – 2008)
- "DAVID BOWIE – VH1 STORYTELLERS" (live album – 2009)
- "A REALITY TOUR" (live album – 2010)

avec Tin Machine :

- "TIN MACHINE" (album – 1989)
- "TIN MACHINE II" (album – 1991)
- "OY VEY BABY" (album live – 1992)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keniori Mortback

avatar

Level 31
Level 31

Messages : 216
Inscription : 21/10/2014

MessageSujet: Re: Chinal Girl - David Bowie   Lun 11 Jan 2016, 21:46

Si un membre pourrait retoucher la fiche, svp.
Peut-être que j'incorporais un autre article à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clém18

avatar

Level 35
Level 35

Messages : 268
Inscription : 23/09/2012
Age : 39

MessageSujet: Re: Chinal Girl - David Bowie   Dim 17 Jan 2016, 15:33

Yop ! Merci pour ce bel article !!! Là j'ai pas le temps pour les retouches mais je verrais si ça n'est pas fait prochainement!

Je ne savais même pas qu'il était malade... Il a aidé à lancer des jeunes, artiste discret mais généreux etc...

Le monde part en vrille et les meilleurs nous quittent... qui pour prendre la relève?

___________________________
Clem18... l'infernale blablateuse manga

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.japan-touch.net/
Keniori Mortback

avatar

Level 31
Level 31

Messages : 216
Inscription : 21/10/2014

MessageSujet: Re: Chinal Girl - David Bowie   Lun 18 Jan 2016, 10:33

A savoir que l'album Blackstar est en rupture de stock, en moment où j'écris mes lignes. Le morceau Lazarrus (le clip) est poignant, mais il montre en quelque sorte une délivrance et sans doute un futur bonheur.
David Bowie avait du arrêter les tournées en 2004, suite à une crise cardiaque sur scène et les médécins avaient préconisé de stopper les concerts ; cependant il a réalisé des excellents albums par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Chinal Girl - David Bowie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chinal Girl - David Bowie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel est le plus grand tube de David Bowie?
» L.A Girl
» Françoise David appuie les revendications
» Les Golden Girl
» [BASE DE DONNEES] She ra & Golden Girl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan Touch :: Rubriques :: description-